Exploration de BiotaNB 2016 – Espèces communes

Pendant qu’Aaron Fairweather cherchait une espèce de fourmi encore inconnue, deux autres membres de l’expédition de la journée au mont Sagamook, Stephen Clayden, Ph. D, et le stagiaire d’été Victor Szymanski, constituaient une collection de toutes les espèces de plantes prélevées dans une zone précise près du sommet.

Contrairement à leur collègue qui prélevait des fourmis, Stephen et Victor donnaient plutôt dans les végétaux, prélevant des espèces communes ou bien connues tels que des arbrisseaux, petits arbres et même des bleuets. C’est ce que Stephen appelle une « collection représentative des choses ».

DSCF1154
Victor Szymanski prélève un spécimen de bouleau.

Bien que les espèces soient relativement bien connues, c’est tout à fait approprié au mandat de BiotaNB de monter une collection qui documente la diversité de la flore et de la faune d’une région donnée. Dans ce secteur particulier du mont Sagamook, les espèces sont très variées. Stephen peut rapidement dire qu’il y a certainement de 25 à 30 espèces de lichens sur les roches juste devant lui.

DSCF1152
Stephen Clayden pointe de nombreux lichens (25 à 30) tout près de lui.

Il est aussi possible qu’on acquiert de nouvelles connaissances sur des espèces ou essences communes. Le nouveau savoir peut s’acquérir en comparant les populations d’un secteur à l’autre. Les techniques modernes de l’ADN peuvent aussi nous amener à comprendre de nouvelles choses. Ce n’est pas parce que des espèces sont communes qu’elles n’ont plus de secrets à révéler.

Une fois que les échantillons sont prélevés, ils sont déposés dans un presse-spécimens et ramenés au laboratoire pour le séchage et l’étude approfondie.

DSCF1156
Victor dépose un échantillon dans le presse-spécimens, pour le
rapporter au laboratoire où il sera séché en vue d’en poursuivre l’étude.

Œuvres récemment restaurés de la collection du Musée du Nouveau-Brunswick

Le soin d’une collection comporte un effort soutenu pour assurer sa conservation. Et le partage de la collection, en la faisant connaître au public par des expositions, est un autre volet de la mission d’un musée. Parfois, il n’est pas possible d’exposer un objet parce que son état ne rend pas justice à l’intention de l’artiste ou que l’exposer pourrait l’endommager davantage. Depuis trente années, le Musée du Nouveau-Brunswick mène un projet de restauration des beaux-arts conjointement avec le laboratoire de restauration provincial installé à la galerie d’art Owens, à Sackville, au Nouveau-Brunswick. Les œuvres mentionnées ci-dessous ont récemment reçu les soins d’Adam Karpowicz, restaurateur de beaux-arts du Nouveau-Brunswick maintenant à la retraite.

Les musées plus anciens possèdent des artéfacts qui ont besoin d’être traités. Il arrive que des objets importants qui méritent d’être préservés soient acquis, même s’ils ne sont pas en très bon état. Souvent, les matériaux utilisés par les artistes, le vernis ou le glacis, peuvent se détériorer ou changer avec le temps. Parfois, la méthode d’encadrement utilisée peut compromettre la structure ou l’apparence d’une œuvre. Il peut aussi arriver qu’un article soit endommagé accidentellement. Mais, peu importe la raison, la conservation de l’œuvre à long terme est ce qui motive l’intervention.

Ces photos ont été prises avant et après le travail de restauration effectué par Adam Karpowicz. Son travail insuffle une nouvelle vie à ces peintures dans le respect de l’intention originale de l’artiste.

1b1a
Kenneth Keith Forbes (Canadien, 1892-1980)
Le très honorable Richard Bedford Bennett, premier ministre du Canada (1930-1935), 1938 huile sur toile
Legs du très honorable Richard Bedford, vicomte Bennett, 1948 (1948.5)

2b2a
Attribuée à Thomas Hanford Wentworth (Américain, 1781-1849)
Portrait d’un homme non identifié,
peut-être Charles Humphrey, v. 1835
huile sur toile
Collection du Musée du Nouveau-Brunswick (X16481)

3a3b
John Christopher Miles (Canadien, 1832 – 1911)
Woodland Fishing Scene with Boy (Jeune garçon à la pêche), v. 1880
huile sur toile
Don de Kenneth Allison Wilson, 1954 (1954.165)

4b

4a
John Thomas Stanton (Canadien, c. 1815 – 1866)
après Richard Wilson (Britannique, 1713 – 1782)
The Ruined Temple (Le temple en ruine), 1856
huile sur carton fort
Achat, 2004 (2004.13)

5b

5a
Artiste inconnu (École américaine)
Bark Mary Rideout of St. Andrews, N.B. (La barque Mary Rideout de St. Andrews, N.-B.), 1868
peinture sur verre inverse
Achat, 2010 (2010.36)

6b6a
Michael Anderson (Écossais ou Canadien, 1824 – 1853)
Aaron et Hur soutenaient les mains de Moïse pendant le combat contre les Amalécites à Rephidim, 1850
huile sur toile
Achat, 1958 (A58.30)

7b

7a
John Christian Schetky (Écossais, 1778-1874)
La bataille entre le Chesapeake et le Shannon, v. 1815
huile sur toile
Collection John Clarence Webster Canadiana (W1609)

8b8a
Albert Gallatin Hoit (Américain, 1809 – 1856)
Mary Ann (Maria) Street Berton Beckwith, 1837
huile sur toile
Don de la succession de sir John Douglas Hazen, 1959 (1959.57)

9b9a
Albert Gallatin Hoit (Américain, 1809 – 1856)
John Adolphus Beckwith, 1837
huile sur toile
Don de la succession de sir John Douglas Hazen, 1959 (1959.56)

10b
10a
Marion Elizabeth Jack (Canadienne, 1866 – 1954)
Apple Trees at Burton, New Brunswick (Pommiers à Burton au Nouveau-Brunswick), 1922-1930
huile sur carton entoilé
Don de Catherine Coombes, 2008 (2008.27.1)

 

Série d’ateliers du Musée du Nouveau-Brunswick teintures naturelles avec Denise Richard

Dimanche 29 mai, de 13 h à 17 h : le Musée du Nouveau-Brunswick vous invite à participer à un atelier d’une journée sur les teintures naturelles, animé par l’artiste néo-brunswickoise Denise Richard.

Cet atelier permettra aux participants d’explorer diverses teintures provenant notamment des plantes, des racines, du bois et des insectes. Vous y apprendrez également à noter vos méthodes, à monter une palette d’échantillons et à suivre des techniques Shibori simples pour créer un foulard en soie unique en se servant de teintures naturelles. Peter Larocque, conservateur du MNB, présentera brièvement quelques beaux exemplaires de la collection des œuvres fabriquées à partir de techniques de teintures naturelles.

Le MNB a voulu en savoir plus à propos de Denise et de son art. La suite vous en apprendra davantage sur sa carrière et ce que les participants peuvent attendre de l’atelier!

1

Denise Richard est titulaire d’un diplôme en art, artisanat et design de la Kootenay School of the Arts du Collège Selkirk, en Colombie-Britannique. Artisane-designer multidisciplinaire, son travail en studio focalise sur le feutre teint naturellement et présenté en formes sculpturales et fonctionnelles. Ses œuvres ont fait partie d’expositions collectives ou individuelles au Canada et en Europe. Denise enseigne depuis 2005; elle enseigne actuellement aux studios des arts visuels et des arts textiles du New Brunswick College of Craft and Design (NBCCD).

MNB : Parlez-moi un peu de ce que vous faites. Des matériaux que vous utilisez et où vous puisez votre inspiration?
DR : Mon art créatif a évolué au fil des années, mais je m’intéresse particulièrement aux techniques. J’apprends continuellement des techniques qui imprègnent mes nouvelles œuvres. Par exemple, j’ai appris à feutrer et j’ai exploré ce médium autant que possible pour divers produits. Je peux faire un peu de tout… tapis en laine bouillie, meubles, vêtements, marionnettes inspirées de Jim Hanson, masques en feutre pour la scène… je ne me limite pas, même que je défie la désuétude. Je veux concevoir des articles fonctionnels, fabriqués de matériaux naturels de qualité qui dureront longtemps. Je teins mes fibres et textiles moi-même et je crée mes propres matériaux pour divers projets. Je travaille surtout avec la laine, la soie, le crin de cheval, le lin et le cuir.

2
Fille de Mer, Denise Richard

MNB : Si vous n’étiez pas artiste et enseignante, que feriez-vous?
DR : Si je n’étais pas designer et enseignante, je serais marionnettiste.

3
Headpieces, Denise Richard

MNB : D’après ce que je comprends, le théâtre vous intéresse et vous avez créé des costumes pour plusieurs productions. De quelle manière le théâtre influence-t-il votre travail de création et vice-versa?
DR : Ce qui m’attire vers le théâtre, c’est la collaboration avec le directeur artistique pour créer un monde inédit capable de convaincre les spectateurs qu’ils sont comme une mouche sur un mur qui observe l’histoire de quelqu’un d’autre. J’aime voir mon travail prendre vie sur scène et la manière dont le public réagit à l’œuvre.

4
Mouse King, Denise Richard

MNB : Est-ce que vous avez des talents cachés que peu de gens connaissent?
DR : Mon talent caché? Je suis plutôt intrépide quand il s’agit de mon travail; je n’ai pas peur de prendre des risques.

5
Mask, Denise Richard

MNB : Y a-t-il des artistes ou artisans, vivants ou morts, qui vous inspirent?
DR : J’admire beaucoup de grands designers et artistes, mais les deux qui m’influencent en ce moment sont Philippe Starck et Alexander McQueen. Alexander McQueen était avant tout un artisan extraordinaire. Je n’ai jamais vu quelqu’un manipuler le tissu à sa façon. Quant à Starck, c’est un designer audacieux qui utilise divers médiums en même temps, il innove énormément à partir des matériaux.

Lampe de Philipe Starck et robe d’Alexander McQueen.

67
Photo : www.phillipstarck.com; http://www.metmuseum.org/alexandermcqueen

MNB : Qu’est-ce que les participants peuvent espérer apprendre le 29 mai?
DR : À l’atelier sur les teintures naturelles, les apprenants vont pouvoir explorer divers genres de teintures à partir de plantes, de racines, de bois et d’insectes. À la fin de la journée, ils auront appris à remplir des fiches techniques sur leurs méthodes, ils auront toute une gamme d’échantillons et ils auront appris des techniques Shibori simples pour teindre naturellement un foulard en soie.

89

1011

Le MNB vous invite à l’atelier de Denise le dimanche 29 mai de 13 h à 17 h!

Frais d’inscription : 99 $ pour les abonnés du MNB; 110 $ pour non-abonnés.

Inscription obligatoire pour réserver une place.

L’inscription se fait au 643-2349 ou au 1-888-268-9595.

Des mystères à éclaircir au MNB : Assiette en verre du XVIIIe siècle provenant des Loyalistes de l’Empire-Uni

PA2015-31(3)

PA2015-31(1)

Fabricant inconnu (école bohémienne) [peut-être l’atelier Harrach Factory, de Neuwelt, en République tchèque]
Assiette, bol ou plateau, avant 1789
verre incolore soufflé, taillé et grave
hors tout : 3 × 23,5 × 23,5 cm
Don d’Angela Huntjens et du Dr Johannes Huntjens, 2015 (2015.49)
Collection du Musée du Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, il est extrêmement rare de trouver encore des objets en verre du XVIIIe siècle. C’est encore plus extraordinaire qu’une pièce de service de table, autre qu’un récipient pour boisson, ait survécu et qu’on en connaisse la provenance. L’assiette de la famille du colonel Richard Hewlett, donnée au Musée du Nouveau-Brunswick en décembre 2015 par Angela Huntjens et le Dr Johannes Huntjens, est un ajout important à la collection d’articles de verrerie du MNB de l’époque loyaliste utilisés dans la province.

Cette pièce (assiette, bol ou plateau) est très probablement d’origine bohémienne. Un commentaire à son sujet, fourni par Ian Simmonds, de Carlisle, en Pennsylvanie, un spécialiste de l’histoire et de l’interprétation des premiers objets en verre de l’Amérique, suggère qu’elle pourrait avoir été fabriquée à l’atelier Harrach à Neuwelt, en République tchèque. D’après l’analyse de M. Simmonds, un livre d’échantillons de l’atelier montre des modèles de forme et de style similaires.

Le propriétaire d’origine, le colonel Richard Hewlett, a participé à la guerre de l’Indépendance américaine sous le drapeau loyaliste. Après le conflit, il s’est installé avec sa famille dans la paroisse de Hampstead (aujourd’hui Queenstown). Cet objet est resté dans la famille jusque vers 1906, année où deux descendants Hewlett l’ont offert en cadeau de mariage à un recteur anglican et à sa femme.

Le MNB possède actuellement une demi-douzaine de verres à boire de la fin du XVIIIe siècle et un boîtier à carafe contenant des verres et des bouteilles. Ces pièces semblent provenir des Loyalistes de l’Empire-Uni. Ce plateau représente bien les objets de luxe qu’appréciaient à cette époque les immigrants arrivés dans la province après la Révolution américaine.

Cet objet pourrait également permettre d’approfondir les recherches sur les courants commerciaux entre l’Europe centrale et l’Amérique du Nord au XVIIIe siècle. C’est aussi un excellent exemple comparatif pour comprendre l’éventail de procédés et de techniques de décoration du verre.

Provenance : Le colonel Richard Hewlett (1729-1789) et sa femme, Mary Townsend (1734-1819); à leur fils, Joseph Hewlett (1772-1821) et sa femme, Clarissa Winslow (1770-1861); à leur fils, le capitaine Thomas Townsend Hewlett (1793-1878) et sa femme, Ann Horsfield Sloan (1795-1870); à leurs filles, Mary E. Hewlett (1827-1916) et Eliza Winslow Hewlett (1834-1912) jusqu’à environ 1906; cadeau de mariage au révérend Canon Mansel Shewen (1876-1951) et à sa femme, Edith Olivia Bishop; donné à Ada Ruth Flemming Thompson (née en 1906); puis à sa fille, Angela Thompson Huntjens et son mari, le Dr Johannes Huntjens.

Éclaircir des mystères au Musée du Nouveau-Brunswick : Le mystère du sac de dentiste

Dans les collections du Musée du Nouveau-Brunswick, il se trouve un sac de dentiste découvert à Nanaimo, en Colombie-Britannique. Le sac en question est arrivé à la boutique de l’hospice communautaire de Nanaimo. Il contenait un exemplaire du faire-part publié par Dr et Mme John T. Hazelwood pour annoncer le mariage de leur fille Effie Lucretia Hazelwood à John Allen Clowes en octobre 1913 à Saint John Ouest, au Nouveau-Brunswick. Le Musée du Nouveau-Brunswick en a été avisé par la suite par Daphne Catteson, qui gère la boutique.

Dentist's bag for blog

 

 

sac de dentiste, v. 1890
cuir et metal
hors tout : 36 x 44 x 21 cm
Don de Nanaimo Community Hospice Society, 2015
NBM 2015.20

 


Comment ce sac de dentiste d
u Nouveau-Brunswick s’est-il retrouvé dans une boutique de la Colombie-Britannique?

La recherche effectuée par le MNB a révélé que John T. Hazelwood a été inscrit en tant que dentiste à l’annuaire 1891-1892 de Saint John après y avoir été pharmacien de 1881 à 1890. D’après l’association des dentistes, le gouverneur en conseil avait, par décret, autorisé John T. Hazelwood à exercer en 1893, mais sa pratique était limitée à certaines procédures. Son travail de pharmacien pourrait l’avoir aidé à accéder à la profession de dentiste. Bien qu’il y ait eu, à cette époque, une association de dentistes à partir de 1867 et que le Royal College of Dental Surgeons of Ontario y ait été fondé l’année suivante, c’est seulement en 1902 que l’Association dentaire canadienne a été fondée. M. Hazelwood a donc exercé sans diplôme et a appris par la pratique dans les limites où il pouvait le faire. D’ailleurs, son inscription dans l’annuaire de Saint John ne le désignait pas comme docteur. C’est un rappel important de l’état d’une profession en développement.

Il a été découvert ultérieurement qu’Effie Hazelwood et John Clowes avaient ensuite déménagé en Colombie-Britannique, donc le sac doit avoir voyagé avec eux. John Hazelwood est inscrit comme dentiste en 1915, mais pas en 1919; il est décédé en 1926. L’arrivée du sac en Colombie-Britannique est probablement postérieure à sa mort et peut-être même à celle de sa femme, Annie Garrison Rouse (décédée en 1943). John Clowes est décédé à Comox (C.-B.), en 1945 et Effie Hazelwood à New Westminster en 1969. Il est probable que le sac ait échu à Effie, puis à un de ses enfants ou à un parent pour finalement aboutir à la boutique de l’hospice.

tag for blog 1

 

Une note dactylographiée a été retrouvée dans le sac; elle provenait probablement du dernier descendant.

(Dr John T. Hazelwood descendait d’une des familles loyalistes qui sont venues d’Angleterre au Canada au début des années 1800 et qui se sont établies le long du fleuve Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, sur des terres concédées par le gouvernement. Des gens sont devenus agriculteurs, d’autres bûcherons et d’autres ont exercé des professions, comme notre arrière-grand-père Hazelwood. Il était dentiste et avait comme hobby l’hypnose, qu’il pratiquait comme divertissement de salon.)

tag for blog 2
L’étiquette était sur la poignée du sac et concernait sa serrure.

 

wedding invite for blog

 

 

 

Exemplaire du faire-part de mariage trouvé dans le sac de dentist.

 

 

 

Hazelwwod with dog for blog

 

 

 

 

 

DJohn T. Hazelwood, en haut-de-forme, en compagnie de son chien vers 1900

 

 

 

 

parlour for blog
Dr John T. Hazelwood hypnotisant un volontaire dans un salon vers 1900.

De Shetland à la Miramichi – À la découverte du patrimoine d’un couvre-lit

Mme Carol Christiansen, Ph. D., conservatrice et agente des musées communautaires au Shetland Museum and Archives, met en vedette, dans son dernier livre, Taatit Rugs: the Pile Bedcovers of Shetland (publié en 2015 par Shetland Amenity Trust – ISBN 978-0-9932740-4-6) un artéfact inusité du Musée du Nouveau-Brunswick (MNB) – un couvre-lit brodé. Donné à l’origine, en 1961, comme couvre-plancher, sa fonction réelle de couvre-lit a été expliquée au début des années 1970, quand il a fait partie d’une exposition de couvre-lits américains au musée Wadsworth Athaneum de Hartford, au Connecticut. Postes Canada l’a aussi mis en vedette sur un de ses timbres en 1993.

Taatit rugs
Carol Christiansen, Ph. D. (2015). Taatit Rugs: the Pile Bedcovers of Shetland. Shetland: Shetland Heritage Publications

La méthode de fabrication inusitée du couvre-lit – une broderie à double boucle à fil de poil court plutôt que la technique au crochet plus commune – en fait un survivant unique dans la collection de literie bien dotée du Musée du Nouveau-Brunswick. La recherche de Mme Christiansen portant sur les « les jetés de lit lourds tissés en laine auxquels des fils (taats) ont été appliqués » l’a conduite à ce splendide exemple ancien. Son intérêt pour le sujet a beaucoup amélioré notre compréhension historique complexe de certains objets patrimoniaux et nous a donné un regard révélateur sur l’immigration d’origine écossaise dans la province.

Lorsque le couvre-lit brodé a été donné au MNB, il était réputé avoir servi à une famille Hutchison de la région de Miramichi au Nouveau-Brunswick. Des recherches plus poussées ont révélé que la grand-tante des donatrices était Elizabeth Stuart (Stewart) Mackie (v. 1817-1867) qui avait épousé Richard Hutchison (1812-1891) de Douglastown, au Nouveau-Brunswick, le 20 mars 1843. Richard Hutchison était né à Glasgow, en Écosse, et avait immigré au Nouveau-Brunswick en 1826. Elizabeth Stuart Mackie serait née à Aberdeen, en Écosse, fille d’Alexander Mackie (v. 1781-1858), natif de Leith, qui avait vécu à Aberdeen, et de sa femme, Elizabeth Stuart (Stewart) (v. 1782-1854). D’après le recensement de 1851, ils avaient immigré au Nouveau-Brunswick en 1832. Bien que ces faits n’apportent aucune certitude, ils renforcent la probabilité que le couvre-lit vienne d’Écosse et habilitent pertinemment le Musée du Nouveau-Brunswick à faire valoir les aspects du transfert culturel au milieu du XIXe siècle dans la province, et à en discuter.

1961-42(3)1961-42(4)1961-42(13)
Fabricant inconnu (probablement écossais ?)
Couvre-lit (jeté taatit ou jeté de lit), 1800-1850
Laine brodée sur armure (tissage) en tabis
221 x 157,5 cm
Provenance : Utilisé par la famille Hutchison de Douglastown, au Nouveau-Brunswick [Descendance probable : Richard Hutchison (1812-1891) et Elizabeth Stuart Mackie Hutchison (v. 1817-1867); à sa sœur, Alexina Stuart Mackie Keay (1831-1909) et son mari, le révérend Peter Keay (1826-1873); à son fils, Richard Hutchison Keay (1864-1944) et sa femme, Ada Margaret Fraser Keay (1871-1957); à leurs filles, Alexina Margaret Keay (1904-1987) et Janet Elder Keay (1913-2000)]
Don de Margaret Keay et Janet Keay, 1961 (1961.42)
Collection du Musée du Nouveau-Brunswick

Peter Larocque, conservateur – Art et histoire culturelle du Nouveau-Brunswick, Musée du Nouveau-Brunswick

L’esprit des Fêtes au Musée du Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick célèbre depuis longtemps des traditions du temps des fêtes transmises de génération en génération. Nous vous en présentons ici un aperçu. Ces charmants souvenirs des Fêtes d’antan proviennent des collections de la section Archives et bibliothèque de recherche du Musée du Nouveau-Brunswick.

Archives et bibliothèque de recherche recèle des trésors photographiques ainsi que des articles publiés ou non sur le temps des fêtes qui relatent l’histoire du Nouveau-Brunswick. Cette gamme s’enrichit de traditions d’autrefois, qu’elles soient acadiennes, écossaises, anglaises, irlandaises ou autres.

« A visit from St. Nicholas », un poème puisé dans les archives du Musée du Nouveau-Brunswick

Écrit par Clement Clarke Moore (1779-1863), ce poème porte aussi le titre bien connu « Twas the Night before Christmas », mais saviez-vous qu’il a un lien avec le Nouveau-Brunswick?

Parmi les documents de la famille Odell qui sont conservés dans les archives du MNB, se trouve une version manuscrite de « A visit from St. Nicholas ». Elle remonte à 1825 et a vraisemblablement été écrite en 1825 de la main de la fille de Jonathan Odell, Mary. Il faut préciser que la famille Odell faisait partie des Loyalistes arrivés au Nouveau-Brunswick en 1784. À New York, d’où les Odell sont venus, ils étaient amis avec la famille Moore avant la révolution américaine. Jonathan Odell, nommé premier secrétaire de la province du Nouveau-Brunswick, était le parrain de Clement Moore. Lorsque les Odell ont quitté New York, les familles ont entretenu une correspondance pendant plusieurs décennies.

Doué pour les langues et la musique, Clement Clarke Moore a obtenu, en 1798, un diplôme de Columbia College. Devenu professeur au General Theological Seminary de l’Église protestante épiscopale à New York, il a enseigné la littérature orientale et grecque jusqu’à sa démission, en 1850. Comme il avait également étudié l’hébreu, il a publié, en deux volumes, A Compendious Lexicon of the Hebrew language (1809).

La version originale du poème a été écrite en 1822 par Clement Clarke Moore sous le titre « A visit from St. Nicholas » et était destinée à ses enfants. L’histoire veut qu’il ait été retranscrit par une invitée de la famille qui l’aurait donné à la presse de Troy, dans l’État de New York; il a été publié anonymement dans l’édition du 23 décembre 1823 du Troy Sentinel. Le poème n’étant pas de nature universitaire comme tous ses autres écrits, Moore ne tenait pas à en reconnaître la paternité. En 1844, il figurait toutefois dans un recueil de sa poésie.

Ce document et des exemples de la correspondance échangée entre Clement Clarke Moore et la famille Odell font partie des collections d’archives du MNB.

Odell-F15-5 pg1Extrait du poème « A Visit from St. Nicholas » de Clement C. Moore, manuscrit par Mary Odell, v. 1825. Odell Family fonds F15-5

Les collections qui font découvrir l’esprit des Fêtes au Nouveau-Brunswick contiennent aussi des cartes de souhaits, cartes postales, lettres, chansons et poèmes exprimant les vœux et les sentiments de cette période festive de l’année. On y trouve aussi des photographies historiques; des annonces d’activités en plein air telles que du patinage et des promenades en traîneau; des exemples d’articles saisonniers vendus dans les commerces locaux; des menus de repas des Fêtes organisés par des hôtels et d’autres établissements pouvant comprendre les mets suivants : sauce réforme, langue salée, crème glacée Kummel Eckau, piccalilli, nesselrode, crapaudine et sauce Victoria.

Ci-dessous, un aperçu des collections illustrant quelques traditions des Fêtes au Nouveau-Brunswick.

1946-11
Inconnu
photographie
Vue intérieure de la patinoire Victoria, Saint John, Nouveau-Brunswick
v. 1870
1946.11

1987-17-379
Valentine & Sons Publishing Company Limited
carte postale
The Christmas Market, Fredericton, New Brunswick
v. 1910
Collection William Francis Ganong
1987.17.379

NANB-SJGenHosp-15
Inconnu
photographie
Infirmières, élèves-infirmières et enfants fêtant Noël à l’hôpital général de Saint John, Nouveau-Brunswick
v. 1950
Association des infirmières et infirmiers du N.-B.
NANB-SJGenHosp-15

NANB-SJGenHosp-115
Louis Merritt Harrison
photographie
Infirmières interprétant des chants de Noël à l’hôpital général de Saint John, Nouveau-Brunswick
Au centre, Mlle Louise Peters, directrice adjointe du Service infirmier
v. 1955
Association des infirmières et infirmiers du N.-B.
NANB-SJGenHosp-115

Printed Eph-F101-3.jpgNew year's card 1
Échantillon de cartes de souhaits provenant des archives du MNB.

Printed Eph-F76-8
Menu de l’année 1900, Royal Hotel, Saint John, N.-B.

1967-81-1-2
Inconnu
Photographie
Premier chargement de sapins de Noël expédiés de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, à Boston, Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) n° 71
R. Merryweather, pompier, et Robert Donaldson, ingénieur
11 décembre 1905
Collection George L. Brown, don de Charles A. Brown, 1967
1967.81.1.2

Dans les collections d’archives du Musée historique juif de Saint John, qui font partie des archives du MNB, se trouvent aussi des documents relatifs à la célébration de Hannoucah, la fête des Lumières, par la communauté juive. En novembre 2016, nous publierons un blogue sur Hannoucah au Nouveau- Brunswick.

La version manuscrite du poème « A visit from St. Nicholas » de Clement Clarke Moore et plusieurs autres articles du temps des fêtes provenant des archives du MNB seront présentés au Centre d’exposition du MNB du jeudi 15 décembre 2015 au dimanche 3 janvier 2016.