La collection de courtepointes du MNB : sa petite histoire du 18e siècle au Nouveau-Brunswick contemporain

Les courtepointes racontent la petite histoire entourant leurs créateurs. Le Musée du Nouveau-Brunswick (MNB) a la chance d’avoir une collection d’anecdotes allant du 21e siècle aux années 1700.

Le MNB a acquis sa première pièce de literie en 1927. Depuis lors, il est entré en possession de 411 courtepointes, entre autres articles de literie. À l’aube de sa collection, les courtepointes étaient habituellement perçues comme des textiles de maison vieillots. Des vestiges de l’époque coloniale ou de l’esprit des pionniers. La tradition au Nouveau-Brunswick voulant qu’une femme prépare, pour son trousseau, une douzaine de courtepointes pratiques et une 13e plus élaborée, en a fait de banals textiles de maison.

photo 1

La plus ancienne courtepointe de la collection du MNB. Fabricant inconnu, 1770-1800 (trouvée à Campobello, comté de Charlotte, Nouveau-Brunswick). Collection John Corey de textiles domestiques, 2003. Pièce entière de laine piquée et cousue à la main avec nappe ouatée en laine.

Il faudra attendre les années 1960 et 1970 pour qu’on réattribue une certaine importance aux courtepointes et qu’un renouveau dans la confection de courtepointes fasse écho au mouvement féministe.

« Notre perception des courtepointes est maintenant beaucoup plus large […] un des moyens faisant entendre la voix des femmes du passé », commente Peter Larocque, conservateur – Art et histoire culturelle du Nouveau-Brunswick.

« Un examen approfondi des courtepointes nous ouvre l’accès au mode de vie des femmes, à leur façon de travailler et de communiquer. Ces courtepointes sont devenues plus que des objets; on se rend compte qu’elles racontent, affirment et prennent position. »

Photo 2 Photo 3

Courtepointe à pointes folles de Violette Emily Dibblee et Carlysle Eulalie Hopkins, Saint John, Nouveau-Brunswick 1886-1888. Don de V. Hazel Dibblee, 1952.
Violette Emily Casey a épousé Beverley Newton Howard Dibblee le 29 mars 1886 à Saint John, au Nouveau-Brunswick. Cette courtepointe originale incorpore des portraits de « Vie » et « Bev » sous forme de photographies imprimées sur la soie.

Photo 4 Photo 5Photo 6

Courtepointe de Celia Elizabeth Lapointe et William Edward Lapointe, St. Marys, comté d’York, Nouveau-Brunswick, 1940-1950. Don de Susan Steen, à la mémoire de Celia Elizabeth Whitlock Lapointe et de William Edward Lapointe, 2009.
Résultat d’un projet conjoint du couple, cette courtepointe présente des dessins faits par lui sur le tissu, qu’elle a ensuite brodés et intégrés. Les personnages de dessins animés (de gauche à droite), Popeye et « Der Inspector » des Katzenjammer Kids.

Bon nombre des courtepointes du MNB sont des dons de John J. Corey, consultant en histoire de Butternut Ridge, Havelock, qui a développé une spécialisation et un intérêt pour les textiles. Non seulement M. Corey collectionnait les courtepointes historiques, mais il en dessinait et en faisait aussi confectionner. Par exemple, celle de gauche, ci-dessous, est une courtepointe historique de Tressa Annie Thorne, tandis que celle droite a été conçue par M. Corey avec des appliqués de Retta Lucy Hicks d’après le modèle plus ancien.

Photo 7 Photo 8

À gauche : Tulips Quilt (Courtepointe Tulipes) de Tressa Annie Thorne, 1920-1930. Collection John Corey de textiles domestiques, 2003.
À droite : Tulips Quilt (Courtepointe Tulipes), incorporant des appliqués de Retta Lucy Hicks d’après Tressa Annie Thorne. Piquée par la société Middle Sackville Baptist Ladies’ Aid, 1970-1985. Don de John J. Corey, 2013.

Bien qu’il possède une superbe collection de courtepointes historiques, le MNB s’efforce de la tenir à jour en y ajoutant des pièces contemporaines du Nouveau-Brunswick. Kathy Coffin, membre regretté de la Marco Polo Quilters Guild, avait suggéré au Musée du Nouveau-Brunswick d’enrichir sa collection en incluant, tous les deux ans, une courtepointe contemporaine par l’entremise de l’exposition biennale de la guilde. Mme Coffin a créé et vendu un carré de courtepointe représentant l’emblème floral de la province, puis elle a utilisé l’argent de la vente de ce patron pour acheter la première œuvre primée du New Brunswick Contemporary Quilt Award (Prix de courtepointe contemporaine du Nouveau-Brunswick), un prix biennal attribué par un jury.

Photo 9

Photo 10Photo 11

Les trois premiers gagnants du concours biennal de courtepointe contemporaine du Nouveau-Brunswick.
À gauche : Railways in a Northern Land par Donna K. Young, Fredericton, Nouveau-Brunswick, 2004. Prix de la courtepointe contemporaine du Nouveau-Brunswick de la Marco Polo Quilters’ Guild, 2011.
Au centre : When Compasses Collide par Juanita Allain, Riverview, Nouveau-Brunswick, 2002-2006. D’après Sheila Wintle. Prix de la courtepointe contemporaine du Nouveau-Brunswick, achetée avec des fonds fournis par la Marco Polo Quilters Guild, Donna K. Young, Marilyn Peabody, Maggie Coffin Prowse et la Fundy Sewing Guild, 2013.
À droite : Baltimore Bouquet par Gail Fearon, New Line, Nouveau-Brunswick, 2011. D’après Mimi Dietrich. Prix de la courtepointe contemporaine du Nouveau-Brunswick, achetée avec des fonds fournis par Juanita Allain, Marilyn Peabody, Woodstock Quilt Guild et John J. Corey, 2015.

Le prix le plus récent a été décerné à Baltimore Bouquet par Gail Fearon de New Line, au Nouveau-Brunswick. Cette courtepointe reprend un style du milieu du 19e siècle qui juxtapose différents modèles de carrés. Sous leur nom de courtepointes Baltimore Album, elles étaient très à la mode sur toute la côte Est. L’œuvre est un ajout particulièrement estimable à la collection du MNB du fait qu’il s’agisse de son premier exemple de courtepointe Baltimore Album.

Photo 12

Baltimore Bouquet exposée au MNB et (de gauche à droite) Gail Fearon, lauréate; Carolyn Wishart, présidente de la Marco Polo Quilters’ Guild; Peter J. Larocque, conservateur – Art et histoire culturelle du Nouveau-Brunswick.

Publicités