De Shetland à la Miramichi – À la découverte du patrimoine d’un couvre-lit

Mme Carol Christiansen, Ph. D., conservatrice et agente des musées communautaires au Shetland Museum and Archives, met en vedette, dans son dernier livre, Taatit Rugs: the Pile Bedcovers of Shetland (publié en 2015 par Shetland Amenity Trust – ISBN 978-0-9932740-4-6) un artéfact inusité du Musée du Nouveau-Brunswick (MNB) – un couvre-lit brodé. Donné à l’origine, en 1961, comme couvre-plancher, sa fonction réelle de couvre-lit a été expliquée au début des années 1970, quand il a fait partie d’une exposition de couvre-lits américains au musée Wadsworth Athaneum de Hartford, au Connecticut. Postes Canada l’a aussi mis en vedette sur un de ses timbres en 1993.

Taatit rugs
Carol Christiansen, Ph. D. (2015). Taatit Rugs: the Pile Bedcovers of Shetland. Shetland: Shetland Heritage Publications

La méthode de fabrication inusitée du couvre-lit – une broderie à double boucle à fil de poil court plutôt que la technique au crochet plus commune – en fait un survivant unique dans la collection de literie bien dotée du Musée du Nouveau-Brunswick. La recherche de Mme Christiansen portant sur les « les jetés de lit lourds tissés en laine auxquels des fils (taats) ont été appliqués » l’a conduite à ce splendide exemple ancien. Son intérêt pour le sujet a beaucoup amélioré notre compréhension historique complexe de certains objets patrimoniaux et nous a donné un regard révélateur sur l’immigration d’origine écossaise dans la province.

Lorsque le couvre-lit brodé a été donné au MNB, il était réputé avoir servi à une famille Hutchison de la région de Miramichi au Nouveau-Brunswick. Des recherches plus poussées ont révélé que la grand-tante des donatrices était Elizabeth Stuart (Stewart) Mackie (v. 1817-1867) qui avait épousé Richard Hutchison (1812-1891) de Douglastown, au Nouveau-Brunswick, le 20 mars 1843. Richard Hutchison était né à Glasgow, en Écosse, et avait immigré au Nouveau-Brunswick en 1826. Elizabeth Stuart Mackie serait née à Aberdeen, en Écosse, fille d’Alexander Mackie (v. 1781-1858), natif de Leith, qui avait vécu à Aberdeen, et de sa femme, Elizabeth Stuart (Stewart) (v. 1782-1854). D’après le recensement de 1851, ils avaient immigré au Nouveau-Brunswick en 1832. Bien que ces faits n’apportent aucune certitude, ils renforcent la probabilité que le couvre-lit vienne d’Écosse et habilitent pertinemment le Musée du Nouveau-Brunswick à faire valoir les aspects du transfert culturel au milieu du XIXe siècle dans la province, et à en discuter.

1961-42(3)1961-42(4)1961-42(13)
Fabricant inconnu (probablement écossais ?)
Couvre-lit (jeté taatit ou jeté de lit), 1800-1850
Laine brodée sur armure (tissage) en tabis
221 x 157,5 cm
Provenance : Utilisé par la famille Hutchison de Douglastown, au Nouveau-Brunswick [Descendance probable : Richard Hutchison (1812-1891) et Elizabeth Stuart Mackie Hutchison (v. 1817-1867); à sa sœur, Alexina Stuart Mackie Keay (1831-1909) et son mari, le révérend Peter Keay (1826-1873); à son fils, Richard Hutchison Keay (1864-1944) et sa femme, Ada Margaret Fraser Keay (1871-1957); à leurs filles, Alexina Margaret Keay (1904-1987) et Janet Elder Keay (1913-2000)]
Don de Margaret Keay et Janet Keay, 1961 (1961.42)
Collection du Musée du Nouveau-Brunswick

Peter Larocque, conservateur – Art et histoire culturelle du Nouveau-Brunswick, Musée du Nouveau-Brunswick

Publicités